L’histoire de Chronique d’un départ

par | Oct 2, 2017 | Un livre pour la route

En mai 2010, assis sur les remparts de Saint-Malo, en pleines rêveries et discussions suscitées par nos diverses rencontres au Festival des Étonnants Voyageurs, nous décidions de changer de vie et de prendre la route. Plus encore, devenir nomades. Vivre l’aventure de la route. S’ouvrir aux possibles et prendre en main notre destinée. Quelques mois plus tard, nous fermions définitivement la porte de notre maison et nous installions dans notre fourgon aménagé pour une nouvelle vie, sur les routes du monde, sans date de retour. Le début d’une nouvelle aventure qui, au cours de ces sept dernières années, a pris des diverses formes et emprunté des détours mais qui, dans le fond, est toujours mue par les mêmes rêves, idéaux et réflexions.

Au moment de nos préparatifs, nous avions créé un blog pour partager nos réflexions et les étapes d’avancement du projet : de la recherche du fourgon à son aménagement, du vidage de la maison au départ, des lectures et réflexions autour d’une autre vie, du nomadisme, du sens, de la liberté, de ce que cela implique de partir sans date de retour. Nous l’avions intitulé selon une expression de Baudelaire : « La Maladie de l’horreur du domicile ». Une maladie bien réelle puisque j’en souffre. Ce vague à l’âme, cet ennui profond, cette impression de tourner en rond, ce sentiment d’être emprisonné. Nous partagions ces pensées, relations nos joies, les problèmes rencontrés et la vie sur la route. À notre retour difficile, même si provisoire, en Belgique, nous l’avons progressivement laissé tomber et avons voulu en faire quelque chose. Ne pas perdre la trace de ce qui a construit notre couple, de notre histoire, de ce qui est aussi la verbalisation de notre philosophie, de notre ligne de conduite. Nous avons voulu créer un livre à partir de cette expérience si enrichissante, de cette expérience pendant laquelle j’ai été entièrement moi.

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme.

"Anywhere out of the world", Ch. Baudelaire

Le premier projet de Chronique d’un départ était toute autre que sa forme actuelle. D’une part, nous avions écrit un livre sous forme de récit. Et d’autre part, nous avions rassemblé quelques photos pour illustrer les aphorismes nés en chemin, condensés de notre pensée. Nous avons vite laissé tomber le récit car il ne nous semblait pas opportun et aurait été un ixième récit d’un voyage sur la route en fourgon aménagé. Par contre, est resté dans ma tête ce beau livre photo dont j’avais fait la maquette. N’ayant pas les moyens alors de le faire imprimer, nous l’avons rangé dans nos tiroirs. Et c’est seulement en novembre 2015 que ce livre et les textes de notre départ sont ressortis de nos disques durs. En partance pour le Sénégal, Joël au Mali, nous échangions autour de nos idéaux, de notre perception de la réalité et de la société, de notre mal-être dans un monde où l’on ne se retrouvait plus. Il relisait ses textes oubliés lors de ses longues soirées solitaires. J’explorais mes vieux dossiers photos. C’est alors qu’est née l’idée de Chronique d’un départ tel qu’il sort dans quelque jours. Nous avons retravaillé les textes et les photos, gardé l’essentiel, ajouté une poésie géographique, jeu que nous faisions fréquemment lors de nos étapes en fourgon, deux poèmes inspirés de ce voyage et un court essai sur l’écriture et le voyage. Nous avons créé un objet hybride, une invitation au voyage, à la rêverie et à la réflexion, un bel objet inclassable pour ceux qui veulent faire une pause, ceux qui s’interrogent, qui hésitent, qui voudraient mais n’osent pas, qui cherchent un témoignage.

Pendant plus d’une année, ce livre a habité mon esprit et une grande partie de mon temps. Il a fallu rassembler la matière, l’organiser, la travailler, la faire relire, la corriger, la mettre en page et l’imprimer. Dans quelques jours, le livre sera disponible dans notre boutique et dans quelques librairies en Belgique. Il existe. Il est là. Je le tiens entre mes mains. Et les larmes me montent aux yeux. Quel travail ! Quel aboutissement ! Une joie ! La joie d’avoir mené à bien ce projet qui me tient tant à cœur. Car avant d’être un livre, il s’agit d’un véritable manifeste. Il est une grande partie de moi, de nous, une part intime. Et je suis fière et heureuse que nous l’ayons mené ensemble. Un livre écrit et composé à quatre mains. Quoi est à qui ? Peu importe. Il s’agit de nous, de notre histoire, de notre pensée. D’une pensée qui rejoint le questionnement de beaucoup d’entre nous à propos de notre place et de notre impact dans la société, d’un souci écologique vers plus de simplicité, d’une recherche de sens dans un monde qui semble perdre ses repères, d’une réalisation de soi loin des diktats imposés. Nous parlons d’un départ pour une vie nomade, mais ce départ peut concerne également celui qui souhaite quitter le schéma imposé pour vivre de sa passion, qu’elle soit le théâtre, la poterie ou le parapente, celles et ceux qui souhaitent créer une autre société. Au travers de ce livre, nous ne proposons aucune solution, juste des pistes de réflexion. Pour regarder le monde autrement, pour s’interroger sur sa place et ce que l’on peut faire à son échelle, pour vivre autrement.

Vivre son conte de fées,
tant qu’il en est temps

Chronique d'un départ, Joël & Laurence Schuermans

Chronique d’un départ sort le 7 octobre. 7 ans après notre départ ! Nous sommes fiers et heureux de vous le présenter. Nous le lançons au monde et lui souhaitons une belle vie. Nous espérons qu’il saura rencontrer ses lecteurs et leur apporter un peu de cette énergie et de cette magie qui nous ont habité à l’époque. Avec lui l’aventure se poursuit. Il reste notre bible. Et quand nous perdons le cap, nous y revenons. Nous espérons également qu’il vous transporte et vous embarque sur les routes d’Europe et du Maroc pour un voyage vers ce qui, alors, nous semblait le bout du monde, le Cap Juby.

Destin pour quelques matins de ceux qui choisissent de n’être rien
Nous la nommons Nulle Part

Chronique d'un départ, Joël & Laurence Schuermans

Articles liés

Quand les livres sont une invitation à la marche #3

Ce sont les vacances, le soleil brille, le rythme ralentit, les oiseaux chantent et l’envie de s’installer à l’ombre d’un arbre et d’ouvrir un livre s’empare de nous. L’été suscite inévitablement ce besoin en moi. Lire. Lire. Et encore lire. Dehors, les...

Quand les livres sont une invitation à la marche #2

Deuxième sélection de récits qui sont autant d’invitations à la marche et à une réflexion sur les chemins que nous empruntons, sur la vie que nous choisissons de mener… Je suis encore et toujours davantage animée par ce besoin, presque vital, de marcher....

Quand les livres sont une invitation à la marche #1

Un de mes grands rêves est de faire un long voyage à pieds. Pour retrouver le rythme de la marche. Eprouver physiquement les distances, les dénivelés, les paysages, les conditions climatiques. Prendre le temps de laisser mon esprit s’émerveiller,...