Blog et carnet de voyage d'une maman, d'un papa et de leur fils autour du monde

Une photo, une histoire #7 : Cochon d’Alsace, France

Depuis l’enfance, je nourris une grande passion pour les animaux. Délaissant les princesses, je me voyais m’occuper des animaux dans la savane africaine ou dans la jungle. Je me rêvais enfant sauvage comme dans Le Livre de la jungle (le dessin animé) ou amie d’un lion comme dans Le Lion de Kessel. Et puis, j’ai grandi. J’ai fait des choix qui m’ont éloignée de cette voie. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Aujourd’hui, j’aime toujours autant les animaux, j’essaye toujours de communiquer avec eux, je rêve encore de travailler dans une réserve africaine et j’adore les prendre en photo. Je garde précieusement mes clichés ne sachant pas trop qu’en faire. J’en ai fait un album pour Sacha. Une manière pour moi de lui transmettre cet amour et d’apprendre par la même occasion le nom des animaux tout en lui racontant des histoires.

Le mois passé, j’ai eu envie de partager avec vous cette passion au travers de trois photos animalières et de vous raconter l’histoire de l’une d’entre elles. Après une fouille dans mes archives et une sélection difficile, je vous avais proposé de choisir entre le chat curieux, les dromadaires amoureux et le cochon malicieux. Et c’est ce dernier qui a remporté les votes.Cochon Alsace, Ecomusée d'Alsace, Ungersheim, France Une photo, une histoire

Ce cochon-là, il m’a tout de suite fait de l’œil. Nous venions d’arriver à l’Ecomusée d’Alsace, à Ungersheim, et commencions à découvrir les lieux. Une petite maison traditionnelle a attiré notre attention. Avec son poulailler et son coq, sa chèvre récalcitrante et puis, ce cochon tout mignon qui, quand nous nous sommes approchés de son enclos, est venu nous saluer. Avec sa bouille sympathique, il m’a bien fait rire. C’était comme s’il cherchait à poser pour que je le prenne en photo. J’en ai d’ailleurs pris plusieurs. Après notre séance photo, il m’a autorisé à le caresser. Je n’avais jamais eu la chance de caresser un cochon jusqu’à présent ! Sacha n’a pas osé s’approcher. Je crois qu’il était fort impressionné. Je vais vous paraître peut-être un peu allumée mais, j’ai eu le sentiment de partager un moment avec ce cochon et l’envie de lui ouvrir la porte.

Au travers de cette photo, j’en profite également pour vous reparler de ce musée vivant en plein-air qu’est l’Ecomusée d’Alsace. Reproduisant un village traditionnel alsacien, les animaux y occupent naturellement une place importante. Outre les nombreuses cigognes que l’on voit sur tous les toits du village, on y rencontre aussi des ânes, des chevaux, des moutons, des cochons noirs, des chèvres, des poules, des canards, des ragondins, des paons, des vaches, des lapins, des abeilles … Et comme nous sommes venus au début du printemps, saison des naissances, de la renaissance et de la vie, nous avons eu le bonheur (oui, pour nous c’est un bonheur) de voir (presque) tous les petits. L’occasion rêvée d’apprendre les noms des petits des animaux dans un contexte réel avec les bruits, les couleurs et l’émerveillement que cela procure. Dans ce musée, la vie est omniprésente. Ce qui le rend passionnant et enthousiasmant tant pour les enfants que pour les parents. Et je le répète, si vous allez un jour en Alsace et s’il fait beau, rendez-vous dans cet endroit fabuleux qui tente également de faire prendre conscience aux visiteurs de l’importance de respecter les écosystèmes, de prendre soin de notre héritage tant naturel que culturel. Le musée organise également des événements ponctuels lors de certains week-ends et pendant les congés scolaires. Juste avant notre visite, il y avait eu une grande chasse aux œufs pour les enfants. Nous en avons même ramassé un qui avait été oublié. Nous retournons en Alsace fin septembre, j’espère que nous aurons l’occasion d’y revenir et de participer à une journée thématique.Ecomusée d'Alsace, Ungersheim Une photo, une histoire

Si vous désirez connaître l’histoire du chat curieux et des dromadaires amoureux, n’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter mensuelle.

Episodes précédents : #1 Chinguetti en Mauritanie, #2 Syracuse en Italie, #3 Vila Praia de Ancora au Portugal, #4 Pula en Croatie, #5 Sur les hauteurs de Hotton en Belgique et #6 Sur la route vers Agadir au Maroc.

N’oubliez d’aller voter pour votre photo préférée sur notre page Facebook dès le 15 mai pour le prochain épisode d’Une photo, une histoire !

Cet article contient des liens affiliés. Si vous ne possédez pas encore ces indispensables que sont Le Livre de la Jungle et Le Lion, n’hésitez pas à vous les procurer en suivant ces liens. Vous ne paierez pas plus cher et me permettrez de toucher une petite commission (qui permettra de faire vivre ce blog).

Mots-clés qui ont conduit les internautes vers cet article:

  • histoires d une cochone

Laissez votre commentaire

Partager

2 Commentaires

Laisser un commentaire
    1. LaurenceV

      Bonsoir, je n’ai pas été choquée de le voir enfermé dans cette étable. Qui est petite mais pas si petite car il peut bouger et se mettre à l’écart du public. La paille était propre et le cochon semblait bien. De plus, les animaux sont bien soignés à l’Ecomusée. En ce qui concerne les ânes par exemple, ils sont sortis tous les soirs à la fermeture du parc et peuvent profiter d’une prairie. Je ne sais pas ce qu’il en est du cochon de la ferme. En tout cas, il semble bien mieux traiter que dans certaines fermes où les veaux, par exemple, sont enfermés dans de minuscules boxes en plastique à plusieurs dans une paille souillée. Cela me choque davantage… Et la liste pourrait être longue…

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée Required fields are marked *

CommentLuv badge