Avant de rencontrer Joël, je n’avais jamais pensé au fait que je pourrais être amenée, un jour, à secourir une personne qui serait victime d’un malaise ou d’un accident. Je voyage d’ailleurs toujours avec une trousse de secours des plus réduite (même avec Sacha) et je n’en ai jamais dans mon sac. C’est une éventualité que je n’ai pas encore intégrée dans mon quotidien. Je ne suis pas vraiment de nature inquiète et je suis dans la douce illusion que rien ne va nous arriver. Pourtant, petit à petit, aux côtés de Joël, je prends conscience que, même si tout va bien, il faut être prêt à toute éventualité parce que l’on peut vite se sentir démuni face à de graves accidents et même à de petits bobos.

Sur un bateau au Vietnam. Tout va bien... Et si ? Formation aux gestes qui sauventSuite à nos nombreuses discussions, j’ai compris qu’il était essentiel de connaître ces quelques gestes, assez simples, qui peuvent sauver une vie en attendant que les secours arrivent et prennent le relais. Que faire si Sacha avale une pierre et s’étouffe ? Que faire si, en voyage, il tombe dans l’eau et se noie ? Que faire s’il se blesse et a une hémorragie ? Que faire si Joël fait un AVC ? Que faire si Grégoire se brûle au 2e ou au 3e degré ? Je n’en sais rien ! Je serais donc totalement impuissante alors qu’ils auraient besoin de moi… J’ai donc décidé de me former à ces gestes qui sauvent pour mon fils quand nous sommes à deux sur les routes (ou à la maison). Pour Joël aussi. Ma famille. Ou pour toute personne qui aurait besoin d’aide à un moment donné. Et je trouve qu’il est d’autant plus important de se former à ces gestes que l’on voyage beaucoup avec son enfant dans des zones reculées où les distances jusqu’à un hôpital sont très longues et où on ne parle pas du tout la même langue. Souvent, ce sont les actes que nous poserons qui sauveront la vie d’un proche ou même d’un inconnu.

Save a Life

Logo Save a Life Formation aux gestes qui sauventSave a Life est une association, créée par des amis, dont la mission première est d’offrir des formations de premiers secours au plus grand nombre à des prix raisonnables afin de récolter des fonds pour des missions humanitaires auprès de communautés qui n’ont pas la possibilité (technique ou financière) de se former à ces gestes précieux. Leur cycle de formation se divise en cinq modules, dont le premier, auquel j’ai participé, est consacré aux Urgences vitales. Les quatre autres modules sont destinés à approfondir certains aspects abordés dans les urgences vitales. Ces formations sont avant tout destinées aux adultes. Toutefois, l’association offre aussi la possibilité aux enfants de se former aux gestes qui sauvent. Car, il se peut que ce soit notre enfant qui doive nous aider lors d’un accident ou en cas de malaise. Que doit-il faire ? Comment réagir ? Save a Life organise donc également des stages « Petits trappeurs » pour les enfants de 6 à 12 ans lors desquels ceux-ci reçoivent les bases fondamentales du secourisme et se plongent dans la vie des trappeurs (construction de cabanes, cuisine, orientation, faire un feu, observation de la nature et des traces laissées par les animaux, découverte des richesses de la nature). J’aurai la chance d’animer certains ateliers et je m’en réjouis car l’école buissonnière me semble une excellente école.

La formation « Urgences Vitales »

Je n’avais jamais participé à une formation de ce genre. Et après coup, je me dis que c’est un enseignement que l’on devrait recevoir à l’école chaque année. Se former aux premiers secours est un acte citoyen. Et le rôle de l’école est de former des citoyens. Alors, pourquoi les cours de secourisme sont absents de nos programmes ? Pas le temps ? Une journée par an…

J’ai passé une excellente matinée, très enrichissante et ludique. La formation est donnée par Joël et un des fondateurs de l’asbl. Les formateurs sont compétents, disponibles et énergiques. C’est un détail important, car ce genre de cours peut vite devenir rébarbatif si on n’y met pas un peu d’énergie et de dynamisme. Le cours alterne parties théoriques, démonstrations et ateliers pratiques et se conclut par une mise en situation très réaliste où les participants sont amenés à mettre seuls en pratique les enseignements du jour. Lors de cette formation, qui ne dure que 4h30, on aborde les gestes essentiels : déterminer si une personne est consciente ou non, si elle respire ou non, si elle a une hémorragie, comment la mettre en position de sécurité, comment contenir l’hémorragie, comment la désobstruer, comment la réanimer, comment alerter les secours d’une manière rapide et efficace, comment garder son calme, dans quel ordre agir en fonction de la situation en suivant l’arbre décisionnel, … Cette formation est une excellente introduction avec beaucoup de pratique et du matériel de qualité. L’association dispose de 3 mannequins pour les exercices de réanimation et fournit un kit d’exercice contenant l’essentiel du matériel à avoir pour apporter les premiers soins à une personne. A l’issue de la formation, il est possible d’acheter le kit, IFAK, très compact, à mettre dans son sac et dans lequel on retrouve un aide-mémoire qui rappelle les règles de base.Formation aux gestes qui sauvent Save a LifePosition latérale de sécurité Formation aux gestes qui sauvent Save a LifeFormation aux gestes qui sauvent Urgences Vitales Save a Life

Il me semble toutefois essentiel de suivre les autres modules afin d’ancrer et d’approfondir l’acquisition des bons gestes. Ce premier module est une bonne base. Il est parfait pour les personnes qui veulent se faire une idée et n’auraient pas le temps de participer aux autres modules. Pour ma part, j’aimerais poursuivre le cycle de formation. Et puis, ce que l’association ne propose pas encore, j’aimerais suivre un module consacré aux premiers secours pédiatriques. Je me sentirais beaucoup plus à l’aise pour faire face à un accident avec Sacha si je connaissais les gestes adaptés aux enfants.