L’été est associé pour beaucoup aux belles plages de sable fin, au soleil, à la mer turquoise, aux enfants qui jouent dans le sable pendant qu’on lit un bon roman à l’ombre d’un palmier ou d’un parasol tout en sirotant un merveilleux cocktail de fruits frais… Alors, je suis allée fouiller dans mes fichiers afin de vous proposer quelques clichés de plages paradisiaques (ou presque). Premier constat : je n’en ai pas ! Deuxième constat : nous allons sur les plages essentiellement en hiver quand il fait froid ou qu’il pleut ! Troisième constat : je n’allais pas pouvoir vous faire rêver ce mois-ci ! Alors, j’ai sélectionné trois photos prises sur une plage en hiver (oui oui toutes les trois ont été prises en hiver) que j’appréciais particulièrement pour les moments qu’elles m’évoquaient. Et vous avez décidé de découvrir l’histoire qui se cache derrière cette photo de Sacha, prise sur l’île de Koh Chang en Thaïlande.Koh Chang, Thaïlande

En janvier 2013, nous étions partis pour un voyage de 6 semaines en Asie du Sud-Est sans itinéraire défini, avec les deux enfants âgés alors de 17 mois et 5 ans. Nous savions que nous atterrissions à Bangkok, en Thaïlande, où nous avons passé quatre magnifiques journées malgré les nuits courtes et la chaleur. Que nous reprenions l’avion à Hanoï, au Vietnam, où nous serons finalement restés 15 jours pendant la fête du Têt. Et que nous allions passer 10 jours dans un hôtel avec vue sur mer sur l’île de Koh Chang pour nous remettre de nos trois mois les pieds dans la boue alors que nous habitions dans notre roulotte au milieu des bois. Koh Chang parce que nous voulions une île située pas trop loin de Bangkok ni du Cambodge. Parce que je cherchais davantage une destination familiale.

Chaque jour, en fin de journée, nous nous baignions et jouions sur la plage. L’eau était chaude et translucide. Grégoire s’amusait avec ses petites voitures sur la plage. Sacha explorait les environs et escaladait tout ce qui était possible d’escalader. Attiré par l’eau, il courait vers les vagues. Toutefois, pas question d’y mettre plus que les pieds. Je suis dons allée lui chercher une bouée éléphant afin de l’attirer dans l’eau. Mais, malgré cette magnifique bouée, rien n’y a fait. Sacha n’aimait pas se baigner, sauf dans mes bras. Ces moments de fin de journée sont les plus beaux que nous ayons passés sur l’île. Des moments simples de complicité et de joie quand nous nagions ensemble et jouions dans l’eau ou sur la plage.Sur la plage de Koh Chang, Thaïlande

Toutefois, je n’ai pas été charmée par l’île et je ne m’y suis pas sentie bien. Beaucoup de touristes. Beaucoup de magasins pour touristes. Pas beaucoup de possibilités de sortir de là. Mis à part une balade à dos d’éléphants (qui m’a laissé un goût amer), pas beaucoup d’activités possibles avec un jeune enfant. En effet, je ne me voyais pas visiter l’île en scooter avec les deux enfants ni même partir une journée sur un bateau pour faire du snorkeling. Nous aurions pu faire une randonnée mais Grégoire n’aimait déjà pas marcher. De Koh Chang, nous n’aurons finalement vu que le bout de plage sur lequel nous étions. Bloquée dans cet hôtel, sur cette plage, je m’y suis ennuyée. Parce que, voyez-vous, je n’aime pas la plage. Je suis incapable d’y passer plus de 2 heures. J’y vais. J’observe la mer, les baigneurs, la vie au bord de l’eau. Je me baigne, uniquement si l’eau est chaude et transparente. Je me sèche au soleil. Et puis, je m’en vais. J’aime voir la mer et les couleurs du ciel quand le soleil se lève ou se couche. Je n’aime pas m’y baigner. Je n’aime pas bronzer et encore moins mettre de la crème solaire. Je n’aime pas avoir du sable entre les orteils ou marcher sur des galets. J’aime regarder l’horizon et me raconter des histoires. Je n’aime pas faire des châteaux de sable ni jouer au ballon (ou tout autre jeu de plage). Et pourtant je rêve des belles plages aux eaux turquoise des îles grecques ou des Philippines. Je rêve d’aller me baigner dans les lagons d’Indonésie ou d’Australie. Oui, j’en rêve mais je sais que je ne pourrais pas y rester longtemps si je n’ai rien d’autre à y faire que de rester à la plage.

Nous étions venus sur cette île pour nous ressourcer après des mois éprouvants. Que nous étions idéalistes ! J’ai passé mon temps à courir derrière Sacha qui escaladait tout et à m’occuper de Grégoire tout en travaillant pour mon employeur qui lançait son nouveau site Internet. Avec la chaleur et les moustiques, nos nuits étaient courtes. Nous avons quitté Koh Chang avec entrain en ayant l’impression de fuir une prison dorée. J’ai besoin de mouvement. Sans ça, je m’épuise très vite.

Leçon de ces 10 jours à Koh Chang : ne jamais réserver pour de longues périodes !

Et vous, comment envisagez-vous vos vacances d’été ? Vous êtes plutôt plages ou montagnes ? Auriez-vous un endroit à me recommander en Thaïlande à découvrir en famille ?

Episodes précédents : #1 Chinguetti en Mauritanie, #2 Syracuse en Italie, #3 Vila Praia de Ancora au Portugal, #4 Pula en Croatie, #5 Sur les hauteurs de Hotton en Belgique, #6 Sur la route vers Agadir au Maroc, #7 Cochon d’Alsace en France et #8 En train vers Naples en Italie.

N’oubliez d’aller voter pour votre photo préférée sur notre page Facebook dès le 15 juillet pour le prochain épisode d’Une photo, une histoire !