Se couper du monde à Digne-les-Bains

par | 14 Déc 2017 | France | 1 commentaire

Il est de ces lieux où nous allons pour nous ressourcer. Il est de ces lieux qui ne sont là dans nos existences que pour nous forcer à nous déconnecter, à prendre du recul, à profiter de l’instant, à retrouver le goût d’un monde sans Internet. Et Digne-les-Bains en fait indéniablement partie pour moi. Quand j’ai besoin de prendre du recul, de me réfugier, de puiser de l’énergie, je m’en vais à Digne.

Digne, c’est loin. Coincée entre les montagnes, aucun grand axe ne la relie directement. Depuis la Belgique, Digne ne se rejoint qu’après une longue route et le passage du col de Lus-la-Croix-Haute. Cette route permet de sentir la distance et d’en mettre même entre ce qu’on laisse derrière soi et le calme que l’on souhaite y trouver. Une fois arrivée, je me sens ailleurs. Le ciel est bleu. Le rythme est différent. J’y retrouve des amies bienveillantes. Loin de tout. Protégée. Comme si rien ne pouvait m’arriver.

La beauté ! Même si la ville est agréable, ce sont surtout son cadre, la nature tout autour et ses environs qui éblouissent. Ce sont ces montagnes magnifiques et grandioses. La lumière qui inonde tout. Les petits villages provençaux et les paysages qui font instantanément plonger dans l’univers de Giono. Se promener autour de Digne, à Courbons, aux Dourbes, à Archail ou à Thoard, pousser un peu plus loin vers Manosque, Forcalquier ou Banon, c’est sentir la bonne odeur des champs de lavande ou des pins. C’est se réjouir du soleil qui réchauffe tout, l’âme comme le corps. C’est respirer pleinement. Et puis, à Digne, enfin un peu plus loin dans les montagnes, tout au bout d’une route, j’y ai trouvé l’endroit de mes rêves, celui où je poserais bien mes valises, où je me verrais commencer un tout nouveau chapitre de mon existence. Je suis tombée en amour d’une grange abandonnée. Après moult recherches, différents contacts, nous avons appris que la grange n’était pas à vendre. Dommage ! Lorsque nous sommes arrivés devant cette grange, dans cette prairie, lorsque nous avons fait un tour sur nous-même pour admirer les environs, ce fut comme une évidence. Nous voulions habiter ici. Peut-être n’était-ce pas encore le bon endroit. Peut-être que notre chez nous nous attend quelque part ailleurs. Et qu’ici n’était qu’un éblouissement.

Courbons

Les Dourbes

Archail

Thoard

Digne, la bienveillante. Digne, c’est aussi la ville où nous commençons à avoir de plus en plus de connaissances et d’amis. Des amies, grandes voyageuses, rencontrées au Sénégal, y ont posé leur valise. Grâce à elles, nous avons fait la connaissance de personnes cultivées, intéressantes, généreuses, chaleureuses. Des rires, des discussions interminables, des échanges enrichissants. Au plan d’eau, véritable cœur de la ville en été, nous avons fait des rencontres généreuses et désintéressées. Cette ville nous veut du bien. Et je m’y sens bien. J’y ai mes petites habitudes. Le marché du samedi matin, la médiathèque, la crêperie, le petit restaurant grec, le cinéma, le plan d’eau, la librairie sur la place, les randos…

Digne, déconnectée. Quand je vais à Digne, je n’ai pas d’accès à Internet. Je me coupe du monde virtuel pour être présente au réel. Je lis, je travaille, je pense, je cuisine, je marche beaucoup, je joue avec Sacha, je regarde le ciel. Et j’évite au maximum les réseaux sociaux et je ne réponds pas aux mails. Et que c’est bon ! Que c’est bon de déconnecter. Que c’est bon de quitter l’écran de son téléphone. Que c’est bon de ne pas se préoccuper un seul instant de ce qui se passe ailleurs. Être là. Juste là. Respirer.

Digne, enfin, un pèlerinage. Oui, un pèlerinage puisque pour qui s’intéresse au voyage et aux grandes aventurières Digne est la ville où se trouve Samten Dzong, la maison d’Alexandra David-Néel. Quel destin ! Quelle femme incroyable ! Quelle aventurière ! Nous ne pouvons qu’admirer son érudition, sa volonté, son audace, sa ténacité, son courage. Nous avons eu la chance de pouvoir visiter la maison d’Alexandra David-Néel car nous n’avions pas réservé et, bien souvent, les entrées sont précieuses. Ce fut pour moi une expérience très étrange de découvrir, en partie, l’intimité de cette grande dame et de discuter quelques instants avec sa secrétaire, Marie-Madeleine Peyronnet, la regarder avec beaucoup d’admiration et être intimidée. Et quand même se faire dédicacer la bande dessinée qui retrace sa vie aux côtés de la grande, terrible et fascinante Alexandra David-Néel. Lire ces bandes dessinées après avoir lu des textes d’Alexandra David-Néel et visité sa maison donne l’impression de rentrer véritablement dans son intimité, de découvrir qui elle est et ce que c’est que de vivre à ses côtés. Cette lecture fait admirer encore plus le personnage et suscite une grande compassion et une grande admiration pour celle qui a su l’accompagner jusqu’à son dernier souffle. J’ai aimé cet endroit, j’ai aimé la visite avec une guide à la hauteur de cette femme, de sa vie et de son tempérament. Et puis, j’aime l’idée que je me trouve au même endroit qu’une grande exploratrice. Comme si elle allait me donner un peu de son énergie. Comme si elle allait me guider. Comme si je m’inscrivais dans une vie d’aventures. Je n’ai pas la prétention de me dire aventurière ou exploratrice. Loin de là. Mais j’aime me dire que je mène ma vie animée par cet esprit d’aventure et cette soif de connaissance. Sans jamais me reposer sur mes lauriers. En essayant malgré tout de suivre ma voie, de rester fidèle à qui je suis, de réaliser mes rêves. De vivre une vie pour laquelle je n’aurai aucun regret à la fin. Digne, le lieu où je peux me ressourcer, m’inspirer et puiser la force de continuer à avancer.

Photographies prises par Sacha

Et vous, quel est ce lieu qui vous ressource ? Quel est ce lieu qui vous permet de vous reconnecter au réel, aux petites choses savoureuses ? Quel est ce lieu, source d’inspiration ?

Si mon article vous a plu, partagez-le sur Pinterest et laissez-vous inspirer par les plus beaux paysages de France :

Cet article contient des liens affiliés. Si vous souhaitez découvrir la vie d’Alexandra David-Néel et de Marie-Madeleine Peyronnet, sachez qu’en achetant les bandes dessinées via ces liens, vous ne paierez pas plus cher et vous nous permettrez de toucher une petite commission. Ainsi, nous pouvons poursuivre notre aventure et assurer le maintien de ce blog.

Articles liés

Randonnées dans le Clermontais

J’aime la France, ses paysages variés et ses jolis villages du Sud. J’aime me promener sur les sentiers de ce magnifique pays en emportant dans mon sac une baguette croustillante qui sent délicieusement bon, du fromage, du saucisson parfois, quelques...

L’Alsace avec un enfant

La première fois que nous sommes allés en Alsace en avril 2015, je n’imaginais pas que nous passerions en tout un mois dans cette magnifique région de France. L’Alsace s’étire le long du Rhin et se divise en deux départements : le Bas-Rhin au Nord et le...

À la rencontre de Rousseau et Louis IX dans l’Oise

Lorsque Joël m’a annoncé que nous passerions un week-end dans les environs de Paris, je me suis directement demandé ce que je pourrais bien y faire. Visiter Paris avec Sacha pendant deux jours ou découvrir le côté vert de la région parisienne que je ne connaissais pas...