Des vacances en famille de Liège à Gouvy

par | Août 15, 2016 | Belgique | 1 commentaire

Cet été, nous sommes partis dans un road trip de trois semaines de la France aux Pays-Bas en passant par l’Allemagne et la Belgique. Pour nous accompagner sur les routes, nous avons embarqué Tiphanya et Nine qui voulaient voir la mer. Alors, je leur ai concocté un petit programme belge en leur proposant un séjour de quelques jours à la Mer du Nord et une semaine dans cette région que j’aime tant, boisée et vallonnée, entre provinces de Liège et de Luxembourg. Et comme nous voyageons avec des enfants, nous avons prévu un programme 100% famille. Et même si nous n’avons pas pu faire goûter les gaufres de Liège à Liège à nos amies, nous les avons emmenées sur les routes de Wallonie entre forêts et histoire, lutins et sens retrouvés. Je vous invite donc à nous suivre à la découverte de nos coups de cœur famille en Wallonie.

Le monde de la forêt à Forestia

Forestia, c’est le parc que je voulais absolument découvrir cet été ! Et j’ai été comblée. À la fois parc animalier et parc aventure, Forestia offre une agréable plongée dans le monde de la forêt à la rencontre des animaux et au contact des arbres.

Pour commencer, nous avons fait le tour du parc animalier où nous avons vu des ours, des cerfs, des rennes, des élans, des sangliers, des takins, des bouquetins, des chevreuils, des mouflons, des yacks, des bisons et bien d’autres encore, souvent en compagnie de leurs petits. Nous avons donné du maïs aux cerfs sika, aux daims, aux ânes et aux béliers aux cornes immenses. Et surtout, nous avons eu la grande chance d’entendre et de voir une meute de loups hurler en cœur. Quel moment intense et exceptionnel. J’en ai eu des frissons. Le bien-être des animaux est au centre des préoccupations du parc. Les naissances sont nombreuses et les différentes espèces disposent d’enclos suffisamment grands en fonction de leurs besoins.
L’heure tourne et si nous voulons encore profiter du parc aventure, il est temps d’y aller. En passant devant la petite ferme, nous faisons une courte pause pour saluer les chèvres et chercher les lapins (que nous ne trouverons pas).
Le parc aventure est vraiment exceptionnel ! Car il ne s’agit pas d’un seul parcours aérien réservé aux plus de 12 ans mais bien de 9 parcours dont le premier est accessible dès 2 ans, de 2 tyroliennes géantes et 1 mur d’escalade. Il y a en a pour tout le monde et en toute sécurité. Les plus petits ont pu faire deux parcours, le moyen a pu en faire quatre et les plus grandes n’ont eu le temps que d’en faire deux, le Furet et le Lynx, mais avec beaucoup de plaisir et très contentes de leur effort. Car oui, grimper dans les arbres, c’est quand même assez physique ! L’équipe qui nous accueille est sympathique et les consignes de sécurité sont très clairement expliquées. Nous avons tous passé un super moment dans les arbres et nous nous sommes tous dépassés. Et pendant que les mamans jouaient aux aventurières dans les airs, les enfants eux faisaient de la cuisine dans les vieilles souches de sapin.
En quittant le parc, nous tombons sur la magnifique plaine de jeux juste devant le restaurant, le Forest’bar. Si la cuisine est à la hauteur de la décoration, je ne doute pas que vous y mangerez très bien. Des prix abordables et une carte plus que tentante proposant plats traditionnels et burgers. Nous ne l’avons malheureusement pas testé car les enfants étaient fort fatigués après cette journée intense et cela nous aurait gâché le plaisir de manger dans un si bel endroit. N’empêche que je regrette… C’est sûr il faut que j’y retourne !

Et petit détail qui a son importance : la boutique-souvenirs est magnifique ! Tout comme l’ensemble du parc. Tout est fait avec beaucoup de goût et de soins. Forestia est un parc que l’on parcourt avec plaisir, des étoiles plein les yeux, et où l’on a envie de revenir encore et encore. Le lieu idéal pour passer une journée en famille réussie.

Forestia – 563, rue Fond Marie, 4910 Theux

Sur les traces de l’évolution au Préhistomuseum

Quelle belle surprise que ce musée ! Même si la préhistoire n’est pas la période qui m’intéresse le plus, je trouve toujours intéressant de (re)découvrir nos origines et voir comment l’homme vivait alors avec la nature. Mais j’ai toujours un peu d’appréhension à aller dans ce genre de musées car, dans mes souvenirs, les musées d’histoire sont poussiéreux, statiques et ennuyeux. Par contre en allant au Préhistomuseum, l’ancien Préhistosite de Ramioul, je savais que j’allais entrer dans un musée pas comme les autres et que nous allions vivre une expérience très riche. Entièrement repensé, le Préhistosite cède la place à un nouveau musée interactif, authentique et ludique sur un site de 30ha réhabilité et mis en scène avec deux bâtiments centraux à l’architecture parfaitement réussie et intégrée à l’ensemble.

Le Préhistomuseum n’est pas un musée que l’on visite, c’est un musée que l’on vit ! Un musée tellement riche qu’une seule journée ne suffit pas pour en faire le tour. Une grotte classée, un labyrinthe de l’évolution, une ferme, un sentier pieds nus, deux parcours de chasse, 12 ateliers pratiques pour découvrir les techniques préhistoriques, deux expositions permanentes dont une consacrée au métier d’archéologue et une exposition éphémère nomade, un restaurant, un bistrot et une plaine de jeux mammouth. J’en oublie certainement ! Il y en a pour tous les goûts et pour tous les publics. L’accueil est chaleureux et on se sent vraiment les bienvenus. L’expérience est unique ! Pour notre part, en arrivant au musée, nous avons commencé par nous inscrire aux ateliers et à la visite de la grotte. La grotte se visite seuls dans le noir avec une lampe sur le casque comme unique point lumineux. Des panneaux didactiques nous racontent l’histoire de la grotte au fur et à mesure de notre progression. Ensuite, nous allons à l’atelier d’initiation au tir avec un propulseur et un arc. Les enfants sont encore un peu petits pour tenter le parcours de chasse. Et puis, j’avoue que la chasse ne me tente pas trop non plus. En attendant notre deuxième atelier pratique, nous nous rendons au labyrinthe végétal où nous parcourons les 8 millions d’années de l’évolution de l’homme. En fonction de nos choix de parcours, nous resterons des singes ou nous deviendrons des hommes de Néandertal avant de disparaître ou au mieux des homo sapiens sapiens. Tout au long du labyrinthe, des panneaux nous expliquent les chemins de l’évolution des hommes et nous proposent de faire des choix. J’aurais aimé prendre le temps de suivre l’évolution mais les garçons n’ont pas compris le principe et sont restés des singes. Après le labyrinthe, nous nous rendons à l’atelier de poterie où nous apprenons à faire et décorer des poteries entièrement à la main. L’atelier est agréable et nous repartons avec nos petits pots en argile. Nous les posons dans les casiers à l’accueil afin de pouvoir terminer notre journée les mains libres sur le sentier pieds nus. Mais là, catastrophe, les enfants très enthousiastes se mettent à courir vers le sentier. Ils se bousculent un peu. Nine tombe la tête la première et s’ouvre le front. Nous l’emmenons à l’accueil où le personnel très calme prend le relais et s’occupe de la petite en attendant l’ambulance qui la conduira à l’hôpital le plus proche. À savoir que tous les membres du personnel du Préhistomuseum sont formés aux premiers secours. Notre journée s’achève donc là, sans regrets tant le temps que nous y avons passé nous a plu. Le Préhistomuseum ne se fait pas en une journée… Il faut prendre le temps de vivre les expériences et revenir. D’ailleurs, le musée a une particularité que j’apprécie particulièrement : le visiteur ne paye qu’à la sortie en fonction du temps qu’il a passé sur le site. Une idée intéressante qui se veut démocratique afin d’ouvrir le musée à tous. Vous y allez en fonction de vos moyens et de votre réalité.
Enfin, il me tarde d’y retourner et de tester l’Archéorestaurant dont les plats proposés sont tirés de livres de recettes anciens sauf pour les plats de la préhistoire qui sont des propositions faites par l’historien Pierre Leclercq. J’ai envie de goûter à ces plats aux associations de saveurs surprenantes du moyen-âge, de la renaissance ou même de la Rome antique. Une véritable invitation au voyage dans le temps et dans l’espace.

Comme vous l’aurez compris, nous avons adoré notre journée. Dès notre arrivée, nous étions très enthousiastes et n’avons pas du tout été déçus. Tout comme à Forestia, la boutique est jolie et propose une excellente sélection d’ouvrages sur la préhistoire et l’archéologie ainsi que de beaux objets. À nouveau, tout a été fait avec beaucoup de goût et une grande importance accordée aux détails. J’aime ces nouveaux musées interactifs et décalés qui éveillent la curiosité et mettent ainsi le savoir à la portée de tous tout en ne sacrifiant pas l’exactitude scientifique. Alors, que vous soyez en vacances ou que vous cherchiez à occuper vos enfants le week-end, le nouveau musée de la préhistoire de Flémalle est un incontournable.

Préhistomuseum – 128, rue de la Grotte, 4400 Flémalle

Un peu de réconfort glacé

Après l’accident de Nine et une prise en charge très rapide aux urgences de l’Hôpital Bois de l’Abbaye à Seraing, une petite dose de douceur et de réconfort était impérative. Alors, nous sommes allés manger une glace à Esneux à La Charlotte aux Fraises. Ce n’est peut-être pas le meilleur glacier et les prix sont peut-être assez élevés, mais je suis attachée sentimentalement à cette adresse, les glaces sont faites maison et les coupes sont très généreuses. Je prends toujours la même chose : une coupe vanille – fraises fraîches – coulis de fraises – meringue – chantilly. Un régal ! Tiphanya a pris une Marquise des anges, une sorte de dame blanche délicieuse… Dans la même rue, il y a un autre glacier plus récent mais avec une excellente réputation, Le Bar Laitier. Esneux est un charmant village et une étape gourmande agréable au bord de l’Ourthe.

La Charlotte aux Fraises – 59, Avenue de la Station, 4130 Esneux

Une promenade en compagnie d’un lutin

La canicule succède au temps gris et pluvieux des premiers jours. Il fait chaud, très chaud, trop chaud pour faire quoi que ce soit mis à part jouer dans la rivière du camping le Moulin de Bistain ou se promener dans la fraîcheur des bois. Après une matinée les pieds dans l’eau, nous partons nous promener sur le sentier des Massotais, au Gros Bois de Baclain. Pas de grandes ambitions en cette journée, l’envie surtout de voir un peu le paysage. Ce petit sentier nature didactique d’1 km en compagnie de Colinot, un massotais, c’est-à-dire un habitant de la forêt nous offre une balade agréable à l’ombre des arbres et en compagnie de sculptures de Joost Vanvoorden. Balade que nous terminons par un goûter de melon et de Chacha sur les petites tables de pique-nique qui semblent tout droit sortie du monde des lutins.

Retrouver des sensations perdues

Marcher pieds nus ! Pour la plupart d’entre nous, c’est un acte que nous ne faisons plus jamais. Même chez nous, nous avons l’habitude d’enfiler des chaussons dès que nous ôtons nos chaussures. Et pourtant, quel plaisir de marcher pieds nus. De sentir le froid des carrelages, la douceur des tapis ou le chaud du parquet. Mais quel plus grand plaisir encore de marcher sans souliers dans la nature. La douceur de l’herbe, les pierres qui piquent, la paille qui chatouille, le sable qui brûle lorsqu’il fait très chaud, l’eau qui rafraîchit, la boue glissante qui fait tout drôle et que l’on sent sécher lentement en tirant la peau… Mon vocabulaire me semble même trop pauvre pour exprimer toutes les sensations ressenties lors de cette longue balade pieds nus sur le sentier de la Ferme de la Planche tant je n’ai pas l’habitude de les ressentir et encore moins de les décrire. Nous avions déjà fait avec Sacha deux sentiers pieds nus. L’un en Alsace à la Maison de la Nature du Ried à Muttersholtz et l’autre au Zwin à Knokke. Des deux, nous avions préféré le premier (malgré les nombreux moustiques) pour sa composante ludique et ses expériences sensorielles variées. Mais ça, c’était avant de tester le sentier de la Ferme de la Planche à Gouvy, le premier sentier pieds nus de Wallonie. Un long parcours de 3 km dans le domaine de la ferme et sur des terrains naturels très variés : ruisseau, pâturages, bois de feuillus, sapinière. José, le propriétaire et créateur du sentier, a mis deux ans à penser et mettre en place le sentier en tirant profit au maximum du terrain et en y ajoutant des éléments naturels (planches en bois, troncs, pierres, sable, paille, pommes de pin…) afin de permettre au visiteur de retrouver le contact avec la Terre. Trois niveaux de difficulté sont proposés en fonction de la quantité de boue à traverser. Parce que, oui, de la boue, c’est très difficile à traverser sans se casser la figure, surtout avec des appareils photos. Nous avons choisi le parcours moyen même si les enfants voulaient prendre le plus difficile. Les petits avaient les jambes trop courtes et auraient pris inévitablement un bain de boue. Quel parcours ! Nous avons adoré l’expérience qui a réveillé nos pieds et a mis nos sens en éveil. Et ce qui est extraordinaire avec les enfants, en tout cas avec les nôtres, c’est que plus la marche est difficile et surprenante et plus ils vont vite et en redemandent. Comme s’ils ne sentaient pas ces petits cailloux ou ces épines qui rentrent dans la plante des pieds. Comme si c’était ce qu’il y avait de plus naturel que de marcher pieds nus. Et c’est alors qu’on se rend compte que, effectivement, marcher pieds nus est naturel. Et c’est un plaisir immense ! Une joie retrouvée… Toutefois, je ne conseillerais ce sentier qu’à des enfants à partir de 4 ans qui ont l’habitude de marcher et de courir partout car certains passages sont délicats et même douloureux.

Pour une expérience unique au milieu d’une ferme, un accueil chaleureux et des glaces artisanales, je vous conseille la Ferme de la Planche qui, en plus du sentier pieds nus, propose également des balades à dos d’ânes et un agro-golf.

La Ferme de la Planche – 75, Montleban, 6674 Gouvy

Autres activités dans le coin ?

Si vous restez plus longtemps dans la région, voici quelques autres activités à tester en famille :

La promenade de 2 km autour du lac Les Doyards à Vielsam ou sur le lac avec un pédalo avant d’aller prendre un verre en terrasse pendant que les enfants jouent sur la plaine de jeux.  Et si vous aimez marcher en famille, vous pouvez également tenter la balade sonore des Macralles à Vielsalm ou de petites randonnées autour de la clairière So Bêchefa.

Et pourquoi pas aller manger des frites à la Baraque de Fraiture, le troisième plus haut sommet de Belgique. Il culmine quand même à 652m et ouvre ses pistes de ski en hiver !

Même si je suis née dans ce pays, je ne le connais pas tant que ça ! Un peu plus depuis que j’ai ouvert ce blog et que je me suis décidée à découvrir tout ce qu’il avait à offrir. L’année passée, j’ai passé l’été à explorer la région de Durbuy. Cette année, j’ai emmené une amie et sa fille découvrir cette région de Wallonie où j’ai encore été émerveillée par les paysages. Certes, ils ne sont pas grandioses. Mais ils ont un côté rassurant. Des forêts, des prairies, de petits villages en pierre, des fleurs, des rivières… Beaucoup de douceur s’en dégage. La Belgique est belle. Et ce n’est pas parce que je suis belge que je le dis ! Non, la Belgique est belle même si c’est un petit pays, même si je n’aime pas y vivre, même si elle est densément habitée. Et je suis heureuse de pouvoir changer le regard que je portais sur mon pays. La Belgique est belle et intéressante. La Belgique est drôle, chaleureuse et très gourmande. La Belgique produit les meilleures bières, les meilleurs chocolats et les meilleures gaufres. Alors, si vous n’êtes pas encore tenté de visiter ce plat pays (qui n’est pas si plat) qui est le mien, je ne comprends pas !

Et pour ceux qui connaissent déjà, quels sont vos coins préférés de Wallonie ? N’hésitez pas à partager, je me ferai un plaisir de les découvrir lors de nos prochains passages en terres wallonnes.

Et si vous avez aimé notre article, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest :

L’entrée à certains sites nous a été offerte. Je reste toutefois entièrement libre du contenu de cet article.

Articles liés

Nos bonnes adresses à Bruxelles #2 : Bruxelles mobile

Dans ce nouvel article consacré à nos bonnes adresses à Bruxelles, je vous propose un week-end sur-mesure pour être considéré comme les meilleurs parents du monde par vos enfants : un week-end à Bruxelles autour de la thématique du transport (train, tram,...

Nos bonnes adresses à Bruxelles #1 : le centre de Bruxelles

Peut-être le saviez-vous déjà mais, pour ceux qui l’ignoraient, je suis bruxelloise. Née à Bruxelles, j’y ai passé les 26 premières années de ma vie. Autant dire, la plus grande partie de mon existence. Au fil des années et de mon indépendance...

Que faire avec des enfants à Durbuy et ses environs ? (2/2)

Les vacances sont bientôt finies ! Alors pourquoi ne pas profiter de ces derniers jours de liberté pour découvrir Durbuy et sa région avec vos enfants ? Je vous propose une deuxième sélection d’activités à faire en famille par beau ou mauvais temps dans cette belle...