J’avais envie, ce mois-ci, de partager avec vous une photo de route, ce qui correspond parfaitement à mon état d’esprit. En effet, je suis animée par une furieuse envie de prendre la route, à nouveau. Notre road trip au Danemark m’a rappelé ô combien j’aimais être sur la route, rouler vers je ne sais quel endroit, me laisser surprendre au tournant par des détails incongrus ou par la beauté des paysages, m’arrêter quand je voulais pour prendre des photos ou juste respirer profondément cet air de liberté en observant le paysage. La route, c’est comme une ivresse. Ou une drogue. J’aime la route. J’en ai besoin. Je vis dans la nostalgie permanente de ne plus y être et ne perds pas espoir de retrouver cette sensation dans mon quotidien.

Sur la route vers Agadir, Maroc

Sur la route vers Agadir, Maroc

Cette photo a été prise sur la route vers Agadir au Maroc. Je ne saurais pas dire où exactement. Nous étions partis le matin après quelques jours passés à Essaouira. Nous nous étions arrêtés en chemin pour profiter de la vue magnifique sur la mer aux eaux turquoise. Je me souviens de ce moment comme si c’était hier, et pourtant c’était il y a 4 ans déjà. Nous étions très heureux, avides de vivre cette aventure au Maroc. C’était la première fois que j’y mettais les pieds et Joël adore ce pays. Je me souviens du vent chaud qui faisait voler mes cheveux, des photos qu’on essayait de prendre de nous avec cette vue, de nos rires d’être si bien au Maroc, de cette insouciance qui nous animait alors, de mes envies de Léo dans un pays où on n’en trouvait pas (j’étais enceinte de 3 mois, est-ce une excuse ?). Nous avions décidé de faire le tour du Maroc et de descendre tout le long de la côte atlantique et de remonter par l’intérieur. Nous ne savions pas combien de temps nous allions y rester. Nous n’avions pas d’étapes indispensables. Nous nous laissions porter par nos envies et les rencontres. Nous voulions justement profiter d’Agadir, station balnéaire bien connue. Mais, après avoir traîné l’après-midi le long de la plage et tenté de capter la connexion Internet du McDo’, alors que nous discutions calmement, des gardiens de nuit du parking frappent à notre porte et nous font comprendre que nous ne pouvons pas rester sur le parking. Nous nous remettons alors en route à la recherche d’un autre parking. Nous jetons notre dévolu sur le parking du supermarché Marjane. Là, encore, un agent de sécurité, accompagné de son chien, vient nous ordonner de quitter sur le champ le parking. Il est 22h. Nous décidons de reprendre la route et de quitter Agadir. Nous n’aimons pas chercher un endroit où dormir une fois qu’il fait nuit. C’est d’ailleurs un de nos principes : trouver un bivouac quand il fait jour. Sur la route, nous tombons sur le parking d’une station service où il y a pas mal de camionneurs. Nous décidons de nous y arrêter. La nuit sera agitée et bruyante. Aux premières lueurs de l’aube, nous découvrons les lieux peu avenants. Nous préparons un café et démarrons en direction de Tiznit où nous prendrons notre petit-déjeuner. C’était la première, et unique, fois depuis le début de notre vie nomade que nous nous faisions chasser d’un endroit la nuit. Agadir est une ville très touristique où il y a de nombreux camping-cars. Les quelques campings étaient complets. Des tâches blanches sur cette terre ocre et aride. Je n’en avais jamais vu autant au même endroit. Je comprends donc qu’il n’est pas possible de laisser des gens dormir n’importe où et qu’il faille un minimum de discipline. Agadir… Nous n’avons pas réellement accroché à cette ville. Nous n’en avons bien sûr eu qu’un aperçu. Un aperçu tronqué par nos péripéties. Peut-être que la ville recèle des trésors ? Peut-être qu’elle vaut la peine ? Peut-être devrions-nous y retourner pour changer notre ressenti ? Que pensez-vous d’Agadir ?Sur la route vers Agadir, Maroc

Si vous désirez connaître l’histoire des deux autres photos en compétition, n’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter mensuelle (dans la case juste à droite).

Episodes précédents : #1 Chinguetti en Mauritanie, #2 Syracuse en Italie, #3 Vila Praia de Ancora au Portugal, #4 Pula en Croatie et #5 Sur les hauteurs de Hotton en Belgique.