Salonga, à la rencontre des protecteurs de la forêt primaire

par | 16 Mai 2019 | République démocratique du Congo

Il y a des expériences qui changent un être et partager des moments de vie des Rangers de la Salonga en forêt primaire tropicale en fut indéniablement une. L’automne passé (2018), nous avons eu la chance de les accompagner durant leur formation et, ensuite, de suivre une patrouille de reconnaissance de quelques jours dans le Parc National de la Salonga.

Partis pour y réaliser un reportage photographique (Laurence) et écrit (moi-même), nous avons également rapporté des images qui ont donné un film documentaire de 26 minutes.

Vivre et travailler dans cette forêt originelle, très dense et humide d’une superficie excédant la Belgique (36.000 km2) est une leçon extrême de courage, d’humilité, de savoirs et de retour aux sources de l’existence. La jungle est un environnement difficile et ces hommes et femmes y marchent de quinze à trente jours consécutifs, pouvant ainsi parcourir ainsi jusqu’à 250 km dans un univers chlorophyllien d’une biodiversité extraordinaire, refuge de grands mammifères menacés tels que l’éléphant de forêt, le bonobo, le léopard, le pangolin géant.

Mais quelles sont leurs motivations ? Qu’est-ce qui les pousse à marcher chaque jour ? À lutter contre les éléments ? À parfois se battre afin de protéger animaux et végétaux au péril de leur propre vie ?

Pour les Rangers de la Salonga, chaque jour est synonyme de danger dont les braconniers armés ne sont qu’un de plus ajouté à une longue liste : serpents, chute d’arbres, noyade, nid de guêpes, éléphants… Les patrouilles, composées de 6 à 10 femmes et hommes, arpentent la forêt en autonomie complète, parfois coupées de toute communication, à plusieurs jours de toute aide médicale et dans des conditions extrêmes. Leur salaire et leur équipement sont plus que modestes et leur courage n’a d’égal que leur conscience qu’ils agissent là pour le bien des générations futures de l’humanité toute entière.

Témoins de ces instants de leur vie, ça nous a permis d’entendre leurs difficultés, leurs joies, mais aussi leurs déceptions dans l’accomplissement de cette mission indispensable, mais tellement dure. Des efforts dont chaque habitant de la planète profite chaque jour sans pourtant même le savoir.

Nous vous présentons aujourd’hui ce film qui nous tient tant à coeur.

Ici, rien à vendre, juste l’accomplissement de la promesse que nous avons faite à ces femmes et hommes : faire connaître leur parc, sa forêt et les menaces qui pèsent sur elle, son intérêt pour le monde entier, la réalité de la vie de ces protecteurs de la forêt primaire. Vous pouvez nous y aider en partageant ce film.

« Sans le parc, nous ne sommes rien ! Il faut que le monde s’intéresse à nous car la Salonga n’est pas que congolaise, elle est mondiale.

Tout seuls, nous n’y arriverons pas. »

M. Ngwasetebi

Administrateur du Territoire de Monkoto

Articles liés

Tabakoroni, un conte d’aujourd’hui

 En 2018 et 2019, j’ai été recruté pour assurer le soutien médical d’une mission d’exploration minière. L’état malien et la société australienne qui se partageront respectivement les 20 et 80 % de tout ce que la terre pourrait contenir comme or ont décidé de...

lire plus

Simon’s Town, un train, un cap et des manchots

 Simon’s Town est une petite ville à quelques kilomètres au sud-est du Cap, dernière ville avant le Parc National du Cap de Bonne-Espérance. Nous y avons passé cinq jours pendant lesquels j'ai pu réalisé quelques-uns de mes rêves d’enfants.   Pourquoi...

lire plus

Les fermes-pilotes de la Salonga

  Imaginez une forêt aussi grande que la Belgique. Une forêt tropicale primaire dense et humide habitée, entre autres animaux emblématiques et, pour certains, endémiques, par des bonobos, des éléphants de forêt, des léopards, des paons du Congo, des...

lire plus